fr | en | sp | de

Kyiv, Ukraine, 2023

En collaboration avec le Kyiv Municipal Academic Opera and Ballet Theatre for Children and Youth et Olga Baïbak du National Union of Theatre Artists of Ukraine, Ariane Mnouchkine et une quinzaine de membres du Théâtre du Soleil se rendent à Kyiv pour un stage – du 23 mars au 5 avril – qui réunira une centaine de participants venus de plusieurs villes ukrainiennes (Kharkiv, Odessa, Ivano-Frankivsk, Lviv, Mykolaïv, Soumy et Kyiv).

© Artem Galkin
© Artem Galkin
© Artem Galkin
© Artem Galkin
© Archives Théâtre du Soleil
© Artem Galkin
© Artem Galkin
© Artem Galkin
© Artem Galkin
© Artem Galkin
© Artem Galkin
© Artem Galkin
© Artem Galkin

Note d'intention

Le théâtre n’est rien d’autre qu’une fête de l’humanité.Vsevolod Meyerhold, homme de théâtre russe, assassiné sur l’ordre de Staline le 2 février 1940

Une École Nomade à Kyiv ? Le Théâtre du Soleil à Kyiv ? Venir partager notre façon de faire du théâtre, bref, venir faire la fête, comme dit Meyerhold, dans un pays en guerre intense depuis un an, est-ce de l’inconscience, de la légèreté, de l’arrogance ? On pourrait tout dire. On dira probablement tout, tant il nous est difficile d’expliquer un geste d’amour, d’admiration, de gratitude, d’inquiétude, d’angoisse même, mais surtout de confiance et d’espérance.

Nous n’aurions d’ailleurs pas osé proposer un tel voyage si nous n’avions mille et un témoignages de l’extraordinaire faculté de célébration de la vie dont font preuve tant de citoyens de la capitale et d’autres villes d’Ukraine dont les théâtres jouent. Presque tous les soirs. Envers et contre tout. Avec lumières ou sans lumière. Où les musiciens jouent. Presque tous les soirs. Envers et contre tout. Avec sono ou sans sono.

Alors, comment rester, impuissants, devant nos télévisions, sidérés par l’héroïsme des uns et incrédules devant la pusillanimité procrastinatrice des autres. Les autres parmi lesquels... nous, en l’occurrence.

 

Donc une École Nomade du Théâtre du Soleil à Kyiv c’est un salut. Une révérence. Une inclination, devant ceux qui se battent pour la vie, la liberté, la démocratie contre l’armée d’une bande de crapules mafieuses menant au knout un peuple égaré, aveuglé, asservi depuis des siècles, à qui elle fait miroiter, à coup de mensonges insensés la délirante reconquête d’un empire totalitaire, dieu merci, disparu.

Je vais me permettre de me citer moi-même en rappelant le passage d’une préface que j’ai un jour écrite, car :
« Je pense à cette femme juive qui dirigeait un théâtre dans le ghetto de Vilnö. Oui, un théâtre.?
Prenant sur sa ration de pain de chaque jour, elle pétrissait et modelait de petites poupées de mie. Et tous les soirs cette femme affamée animait ces apparitions nourrissantes, faisait entrer ces acteurs de pain sur son théâtre minuscule, devant des dizaines de spectateurs affamés comme elle et comme elle promis au massacre. Tous les soirs, jusqu’à la fin.
Il faut garder la trace de cette femme comme une plaie inguérissable. Il le faut car, si nous oublions le petit théâtre de pain du ghetto de Vilnö, nous perdrons le théâtre. »

Aujourd’hui, j’ajouterai : nous perdrons toute chance de vivre dignement.

Ariane Mnouchkine,
Théâtre du Soleil, 18 février 2023

Tous en scène par Aurélie Charon

Émission du samedi 13 mai 2023 © France Culture

Oksana Leuta et Pavlo Yurov, une année de guerre et de théâtre en Ukraine

 

À lire