fr | en | sp | de

L'arbre à palabres

Ecrire un message

Toutes les palabres sont ici les bienvenues, et toutes sont publiées. Mais les palabres seulement ! Donc, si votre message n’apparaît pas instantanément c’est que, avant de le publier, nous avons besoin de nous assurer que ce n’est pas l’oeuvre d’un robot (!!) ou autre message de la famille des pourriels ou spams qui inondent et secouent parfois très fort notre arbre !

Merci aujourdhui le 16 November spectacle

Modi

le 16/11/2019 à 22:30

Merci. Merci. Merci !!!! Spectacle magnifique et envoûtant ! Tout vibre au diapason : texte, musique, mise en scène, chorégraphie, et les formidables comédiennes et comédiens avec beaucoup de générosité. On peut disposer du texte chez actes sud mais pour la formidable musique où peut-on se la procurer, je ne pense qu'a elle depuis ce samedi ?

Lili

le 21/10/2019 à 14:55

Electre des Bas-Fonds... J'ai été parfois un peu en désaccord avec des parti-pris de mise-en-scène mais cela a contribué à mon intérêt qui à aucun moment n'a faibli. Comment cela aurait-il même été possible avec un plateau aussi vivant ! C'est un très grand spectacle. Du fait de l'écriture de Simon Abkarian, qui a su forger une langue poétique profondément tragique, inspirée des Anciens par son style très travaillé, regorgeant d'images, mais résolument ancrée dans notre présent, par résonances ou analogies ; du fait des acteurs et actrices, présences justes, fortes, généreuses, unies par l'amour de leur art, du plateau, leur désir de partager, partager les angoisses, les questionnements, mais aussi la joie conjuratoire, la jubilation d'exister ; du fait de la danse et de la musique, enchantements cycliques du plateau où sont convoquées toutes les traditions du monde (Japon, Mexique, Inde, Gitans, Grecs, Andalousie...) dans une succession de chorégraphies superbes, intenses, jamais gratuites, hommages à ce que l'humanité a élaboré de mieux pour célébrer au plus haut notre présence ici-bas... Et puis du fait de l'amour de deux parents pour leur fils et d'un fils pour ses parents. Non ce n'est pas une anecdotique histoire de "fils de"... Là, au coeur des Atrides, être témoin de la beauté de cet amour-là, la beauté en action, complices dans la créativité, c'est l'éclatante victoire d'une transmission réussie, et ce n'est pas rien "transmettre", dans ce monde en proie à tous les tourments, tous les déchirements, c'est la victoire de l'intelligence sur la bêtise, de la générosité sur la mesquinerie, du collectif sur l'égoïsme, du dépassement passionné sur la complaisance... C'est tellement émouvant ! Et le plateau chargé de tout cela reste étonnamment léger, crépitant de toutes ces étincelles, éclats de voix et de couleurs, et cette langue surtout, cette langue ! Abkarian réinvente la tragédie classique au XXIème siècle ! Et dans une forme du passé brillamment réactualisée fait résonner les maux d'aujourd'hui où transparaît en filigrane le remède intemporel : être ensemble. Quel grand texte ! Quel beau moment vous nous avez donné ! Merci à tous

Nina

le 13/10/2019 à 18:14

youpi

Thélio

le 25/09/2019 à 8:14

Réaction autour de l'article de Sabine Prokhoris (7-06-2019) Artcicle du Midi Libre du 22-05-2019 Point de vue d'un médecin spécialiste de la pathologie présentée par Vincent Lambert.... "" Vincent Brun est médecin-chef de la clinique Fontfroide, à Montpellier. L'établissement dispose d'une unité de 12 places pour des patients en état végétatif chronique, la situation dans laquelle est plongée Vincent Lambert suite à un accident de la route, en 2008. Le docteur Brun a signé lundi 20 mai, avec un collectif de médecins spécialisés dans le handicap, une tribune parue dans le journal "Le Monde" estimant que l'arrêt des soins prodigués à Vincent Lambert n’est pas justifié. « Est-ce que la situation de Vincent Lambert peut-être comparée à celle des patients accueillis à la clinique Fontfroide ? » Oui. Avec Vincent Lambert, on n'est pas dans une problématique de droit à mourir dans la dignité. On discute de sa vie, pas de sa mort. Alors, elle est où, la dignité ? Quand on donne la mort à quelqu'un, il faut le dire. Pour moi, c'est de l'euthanasie. Ce qu'on a fait subir à Vincent Lambert, l'interruption des soins, je ne le ferai pas à mon chien."" Mon commentaire perso. Le point de vue médical est clair et aucune confusion comme Madame Prokhoris le prétend. Vinscent n'est pas en fin de vie et n'a rien à faire à Reims. Le collectif des 70 médecins spécialistes des unités dédiées à son type de handicap ont exprimé leur incompréhension de cet acharnement à entretenir la confusion en le maintenant dans cette unité de soins palliatifs. Vous invoquez de Gaulle en pourfendeur du grand "machin" , l'Onu et son comité dédié aux personnes handicapées, qui semble bien être la seule instance encore protectrice de la vie de Vincent. C'est gonflé d'invoquer de Gaulle...Lui qui n'a jamais voulu se séparer de sa fille Anne trés handicapée, pendant les années de résistance, comme si la proximité de sa fille à Londres, à Alger, nourissait la détermination du grand résistant à lutter contre une culture de mort qui, le 1er Septembre 1939 avait décrété l'xetrmination de ceux et celles qui lui ressemblaient, l'opération "mort misericordieuse" autorisant l'extermination des personnes handicapées et malades mentales... 1939-2019... Comme le dit Macron, à bien juste titre, "Je suis frappé par la ressemblance entre le moment que nous vivons et celui de l'entre-deux-guerres"...(Entretien ouest-France Octobre 2018) Les chroniqueurs de notre triste période vont trouver qui comme résistants...?

mardoche

le 04/07/2019 à 13:01

Bravo pour ces 55 ans! Vous faites toujours le plus beau théâtre du monde! Beijos de Salvador de Bahia

Deolinda Vilhena

le 29/05/2019 à 12:45

la société de nos jours a perdu son terme d’antan, elle n'est plus qu'une sorte de communauté, les lois qui régissent nos libertés son de plus en plus englouti par la bouche d'un porte monnaie géant et béa qu'est le sommet de l'état.

clement lemaire 18 ans

le 14/05/2019 à 1:20

Bonjour, Tout d'abord, vous dire que Kanata est un magnifique spectacle , profondément humain et dont la réalisation est superbe! Mais je voulais surtout dire , un grand merci pour la délicatesse et amabilité des personnes à la réception , à l'accueil qui ont tenu compte de l'âge de mes parents pour leur donner une place plus accessible dû à leur âge...D'ailleurs, lorsque l'on pénètre dans ce lieu, on y ressent les rayons du Soleil... Longue vie à ce spectacle et au plaisir de découvrir d'autres créations.... Eric S.

Anonyme

le 18/03/2019 à 16:04

Ariane 80ans aujourd'hui ! Je vous souhaite une fête magnifique, et que vous nous fassiez profiter longtemps encore de votre force, de votre bonté, de votre intelligence, et de votre fantaisie... Que votre énergie talismanique protège votre théâtre et tous ceux qui l'aiment et le font vivre

Nina

le 03/03/2019 à 9:05

Madame Mnouchkine, J’ai assisté avec mon épouse au très beau spectacle Kanata le 10 février. La mise en scène est très précise et les acteurs ont une présence remarquable. Nous avons particulièrement apprécié les scènes finales, jouées avec beaucoup de brio et de sensibilité. Juste après, lors du débat que vous avez organisé, j’ai pris la parole vers la fin pour signaler qu’au nord du Québec les autochtones sont aujourd’hui, dans certaines situations, juridiquement protégés. Votre invité a cité des prérogatives de pêche. Vous avez signalé des situations inégalitaires en France même. Mon propos se voulait plus général. La situation actuelle des autochtones au Canada, hommes et femmes réunis, est paradoxale. Ils ont des droits particuliers acquis de haute lutte mais restent un peu à l’écart et l’amalgame se fait difficilement avec le reste de la population. L’esprit communautaire prédomine encore. Une scène du spectacle dans un bureau de police montre bien que les autorités hésitent souvent à intervenir dans les cas les plus dramatiques. L’hostilité que vous avez injustement subie montre bien que le problème n’est pas réglé. Il y a de l’incompréhension chez certains canadiens et un sentiment de culpabilité chez certains autres. Robert Lepage a courageusement mis le doigt sur ces contradictions. Le succès, très mérité de la pièce à Paris, est un encouragement pour plus de dialogue en ces temps de doute et de repli sur soi. Max Massei

Anonyme

le 11/02/2019 à 12:35