fr | en | sp | de

Les Shakespeare
Henri IV

1984

Traduction et mise en scène d'Ariane Mnouchkine, décor de Guy-Claude François, masques d'Erhard Stiefel, costumes de Jean-Claude Barriera et Nathalie Thomas, musiques de Jean-Jacques Lemêtre.

Création de RICHARD II  le 10 Décembre 1981 à la Cartoucherie.

Création de LA NUIT DES ROIS  le 10 juillet 1982 au Festival d'Avignon. Pièce jouée en alternance avec la précédente à la Cartoucherie.

Création de HENRY IV  le 18 janvier 1984 à la Cartoucherie. Pièce jouée en alternance avec les deux précédentes.

Tournées 1982-1984 : Festival d'Avignon, Festival de Munich, Los Angeles (Olympic Arts Festival), Berlin (Berliner Festspiele).

253 000 spectateurs.

Des documents à voir ou à écouter

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

L'histoire d'Henri IV

Bolingbroke devenu Henry IV doit très vite affronter l'opposition de ceux qui l'ont aidé à monter sur le trône, notamment le clan des Percy, qui lui reproche son ingratitude. Pour mater ce qui va devenir une rébellion ouverte, le roi renonce au voyage en terre sainte grâce auquel il pensait pouvoir se laver du meurtre de Richard.
Loin de ces préoccupations, son fils, le prince Hal, futur Henry V, mène joyeuse vie dans les bas quartiers de Londres avec une troupe de "relations avilissantes", dont le meneur est Falstaff, "vieil homme gras" et chevalier déchu.
Mais la lutte contre les Percy et leurs alliés les contraint tous à partir au combat. Une tentative de réconciliation a lieu entre les rebelles conduits par Henry Percy surnommé Brûlcœur, fils du comte de Northumberland et le parti du roi représenté par Sir Walter Blunt, qui vient lui offrir la clémence du monarque.

Une manœœuvre du comte de Worcester fait échouer la négociation et c'est la guerre civile. Elle commence mal pour les rebelles, qui se voient amputés d'une partie de leurs forces à cause de la défaillance du comte de Northumberland et du Gallois Glendower. Le prince Henry trouve dans cet affrontement l'occasion de racheter sa conduite déréglée et de prouver sa bravoure en sauvant son père et en tuant son rival admiré, le vaillant Brûlcœur.
Cette mort, ainsi que la capture du compte de Worcester et de ses alliés, Douglas et Vernon, marque l'écrasement de la rébellion et la fin de la première partie de Henry IV.

Myriam Azencot

Extrait de "Le Théâtre du Soleil : Shakespeare", textes de Raymonde Temkine et Sophie Moscoso, photographies de Martine Franck, Double Page, n°32, (1984)

À lire

Téléchargements

Dans notre librairie