fr | en | sp | de

Les Atrides
Les Choéphores

1991

D'Eschyle.

Traduction d'Ariane Mnouchkine.

Mise en scène d'Ariane Mnouchkine, musique de Jean-Jacques Lemêtre, décor de Guy-Claude François avec les sculptures d’Erhard Stiefel, costumes de Nathalie Thomas et Marie-Hélène Bouvet.

Création de LES CHOEPHORES le 23 Février 1991 à la Cartoucherie. Pièce jouée en alternance avec les deux précédentes.

Tournée : Amsterdam (Holland Festival), Essen (Theater der Welt), Sicile (Orestiadi di Gibellina), Berlin (Berliner Festspiele), Lyon (T.N.P), Toulouse (Le Sorano), Montpellier (Le Printemps des Comédiens), Bradford (European Art Festival), Montréal (Festival des Amériques), New York (B.A.M.), Vienne (Wiener FestWochen).

286 700 spectateurs.

 

 

Des documents à voir ou à écouter

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

L'histoire des Choéphores

Oreste est rentré à Argos avec Pylade pour venger son père, comme le dieu de Delphes, Apollon, le lui a imposé. Entre une troupe de porteuses de libations (les jeunes femmes étrangères qui forment le chœur), qu'accompagne Électre : Clytemnestre a fait un mauvais rêve, et tente de se concilier le mort en faisant déverser des offrandes sur le tombeau d'Agamemnon. La prière d'Électre et du chœur tourne à la malédiction lancée contre Clytemnestre. Le frère et la sœur se reconnaissent et en appellent au mort. Oreste annonce comment il va, par ruse, venger Agamemnon : il s'introduira avec Pylade dans le palais en se faisant passer pour un étranger venu annoncer la mort d'Oreste. Grâce à l'appui du chœur 

et à sa nourrice, qui va tromper Égisthe en lui demandant de venir entendre les étrangers sans sa garde, il vient à bout de l'usurpateur. Clytemnestre, alertée, rencontre son fils, le supplie. Il la tue. Les Érinyes, qu'il est le seul à voir, se mettent à le torturer mentalement ; il s'enfuit pour Delphes.

Pierre JUDET DE LA COMBE

Texte écrit pour ce site en novembre 2003

À lire

Dans notre librairie