fr | en | sp | de

Électre des bas-fonds

du 25 septembre au 03 novembre 2019

Par la Compagnie des 5 Roues

Texte et mise en scène Simon Abkarian

Pour 14 comédiennes-danseuses et 6 comédiens-danseurs 
Musique écrite et jouée par le trio des Howlin’ Jaws

Infos

Représentations

du mercredi au vendredi à 19h30
le samedi à 15h
le dimanche à 13h30

Durée du spectacle

2h30 environ

Prix des places

25 € (individuels)
20 € (collectivités, demandeurs d’emploi)
15 € (scolaires, étudiants - de 26 ans)

Location

individuels :
01 43 74 24 08
collectivités, groupes d’amis :
01 43 74 88 50
Fnac / Théâtre Online

Des documents à voir ou à écouter

©Antoine Agoudjian

©Antoine Agoudjian

© Antoine Agoudjian

© Antoine Agoudjian

© Antoine Agoudjian

© Antoine Agoudjian

© Antoine Agoudjian

© Antoine Agoudjian

© Antoine Agoudjian

© Antoine Agoudjian

© Antoine Agoudjian

© Antoine Agoudjian

© Antoine Agoudjian

© Antoine Agoudjian

Le retour de Simon Abkarian

Pendant les répétitions de notre quadrilogie grecque, répétitions que, moi, en secret, je surnomme, la Terrible et très Cruelle Bataille des Atrides, j’ai vu Simon Abkarian s’inviter de plus en plus souvent au banquet inépuisable que, pour toujours, Homère a dressé pour nous, acteurs, auteurs, metteurs en scène, gens de théâtre et autres poètes.
Il en analysait tous les plats, toutes les saveurs, les plus suaves et les plus amères. Il en scrutait tous les dressages, en étudiait toutes les cuissons, en décelait toutes les épices. Il goûtait, mâchait et remâchait. Recrachant parfois une bouchée trop sanglante, trop atroce, trop inhumaine mais il recommençait.
Je ne sais pas s’il voudrait l’admettre, mais je crois qu’il se vit comme un enfant d’Homère.

Ou, au moins, comme un descendant d’une de ses multiples créatures héroïques et imparfaites parce que si humaines.
Il revient, bienvenu, cet automne dans nos murs, ces murs qui ont vu, en lui, l’acteur s’épanouir. Avec une histoire épouvantable de vengeance têtue qui aurait pu finir autrement s’il n’y avait pas ce terrible mauvais choix qui préside à toute tragédie. Grecque ou pas. Antique ou moderne. Leurs mauvais choix, ou pire, le nôtre.
Venez, venez le voir, lui et ses amis.
Et puis, ne dit-on pas qu’assister à une tragédie au théâtre, enseigne à éviter de la subir dans la vie ?

Ariane Mnouchkine, août 2019

À propos

Nous sommes dans le quartier le plus pauvre d’Argos. C’est le premier jour du printemps, on y célèbre la fête des morts, prostituées, serveuses, esclaves, les femmes se préparent pour le grand soir. Les meilleurs musiciens sont là. La fête va se refermer comme un piège sur Clytemnestre et son amant Egisthe. À force de prières, Électre a fait revenir le frère vengeur, Oreste.

Électre des bas-fonds est conté comme une fable, mais à l’envers. La présence du chœur donne sa puissance aux histoires individuelles. Rock’n’roll et blues sont les poumons du récit. La danse, elle, continue là où s’arrêtent les mots.

À lire

Téléchargements

Dans notre librairie