fr | en | sp | de

Le Songe d’une nuit d’été

1968

De Shakespeare, adaptation de Philippe Léotard, mise en scène d'Ariane Mnouchkine, musique de Jacques Lasry, décor de Roberto Moscoso, costumes de Françoise Tournafond.

Création le 15 février 1968 au Cirque de Montmartre.

47 000 spectateurs.

Des documents à voir ou à écouter

© Martine Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photos

à propos

Le Songe d'une nuit d'été est la pièce la plus sauvage, la plus violente dont on puisse rêver. Un fabuleux bestiaire des profondeurs dont le sujet n'est rien moins que ce « Dieu furieux » qui sommeille dans le cœur des hommes. Tout y est direct brutal, « naturel ». Aucune féerie, aucun merveilleux mais du fantastique, avec ce que le fantastique a de vénéneuse angoisse, de terreur.

« Le fantastique c'est le mal. » (Claude Roy)
C’est aussi l’accident, l'inatendu la rupture dans l'ordre des choses, l'interdit transgressé.
Mais quel est dans Le Songe l’ordre des choses ? Un espace commun aux Dieux et aux hommes, mais un temps partagé. La nuit est aux Dieux, les hommes ont le jour. C’est la loi.

Extrait du programme

À lire