fr | en | sp | de

Le Capitaine Fracasse

1966

D’après Théophile Gautier, adaptation de Philippe Léotard, mise en scène d'Ariane Mnouchkine, décor de Roberto Moscoso, costumes de Françoise Tournafond.

Création le 21 janvier 1966 au Théâtre Récamier (joué jusqu'au 20 février).

du 1 au 3 juillet à la maison des jeunes et de la culture de Paris-Charonne.

4.000 spectateurs.

Des documents à voir ou à écouter

@ Martine Franck / Magnum Photos

@ Martine Franck / Magnum Photos

@ Martine Franck / Magnum Photos

@ Martine Franck / Magnum Photos

@ Martine Franck / Magnum Photos

@ Martine Franck / Magnum Photos

@ Martine Franck / Magnum Photos

@ Martine Franck / Magnum Photos

@ Martine Franck / Magnum Photos

@ Martine Franck / Magnum Photos

LE CAPITAINE FRACASSE OU LA VOLONTÉ DE VIVRE

"Reprenant un projet lancé par Ariane Mnouchkine au moment de l'ATEP, voici nos jeunes comédiens attelés à l'adaptation du Capitaine Fracasse de Théophile Gautier. On comprend ce qui a pu les attirer dans ce roman de cape et d'épée, œuvre mineure, il est vrai, mais attachante : elle est l'opposé des Petits-bourgeois : c'est une course après le bonheur. L'histoire du baron désargenté qui suit une troupe d'acteurs ambulants pour les beaux yeux de la comédienne Isabelle, devient à son tour acteur, fait des prodiges sous le nom de Capitaine Fracasse, est un mélo suscitant gaité, humour et émotion. Prétexte à jeu, à gags, univers fabuleux de l'imaginaire propre au théâtre : des comédiens ambulants jouent sur une scène d'autres comédiens en train de jouer, c'est du théâtre dans le théâtre. C'est "la fête." 

"Une fête étrange. C'est cela, ce spectacle. Le roman de Gautier a été découpé et ajusté à la scène avec beaucoup d'intelligence, de souplesse, et de bonheur. Avec beaucoup de sensibilité et de tendresse aussi. Les coups de pouce qu'on lui donne sont subtils et discrets. Philippe Léotard, qui a fait cette adaptation, a écrit aussi de jolis couplets qui, sur une jolie rengaine d'accordéon, toujours la même, scandent l'aventure comme la rengaine de L'Opéra de Quat 'sous. "

BABLET Denis et BABLET Marie-Louise, Le Théâtre du Soleil ou la quête du bonheur, diapolivre, Editions du CNRS, Paris, 1979 (extrait)

À lire

Téléchargements