fr | en | sp | de

Le Dernier caravansérail

(Odyssées)

2006

Un film du Théâtre du Soleil, réalisé par Ariane Mnouchkine, musique de Jean-Jacques Lemêtre, images de Jean-Paul Meurisse et Bernard Ziztermann, montage de Catherine Vilpoux.


Des documents à voir ou à écouter

Extrait Le Dernier Caravansérail

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

©  Martine Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photos

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Charles-Henri Bradier

© Charles-Henri Bradier

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

Note d'intention

Le Dernier Caravansérail (Odyssées) existe déjà. C'est un spectacle de théâtre, créé en 2003 par le Théâtre du Soleil. C'est une série d'histoires, de miettes de destins, de parcelles de vie d'hommes et de femmes. Ceux que l'on nomme réfugiés, clandestins, migrants, et qui, entre eux, s'appellent plus noblement les voyageurs. C'est un océan d'odyssées écaillées par le temps, héroïques ou banales, toujours dramatiques.

Le Dernier Caravansérail (Odyssées) voudrait être maintenant un film, un vrai film. De cinéma.

Il ne s'agit donc pas de réaliser une simple captation, mais de se mettre en état de vivre une nouvelle aventure artistique et, grâce au cinéma, d'approfondir encore d'avantage le matériau originel qui est quasi inépuisable. De donner aussi au théâtre les possibilités de renforcer la puissance de son témoignage et d'en conjurer l'éphémère. Et surtout, de tenir la promesse faite à ceux dont nous racontons les histoires : leur rendre la parole. Laisser une trace de ceux qui n'en laissent pas, dont on n'écoute ni les cris ni les murmures. Ceux qu'on a fait taire, toujours.

Ce matériau donc, dont fut modelé Le Dernier Caravansérail est un mélange de souvenirs, de récits, écoutés, entendus, et recueillis au cours d'une enquête, d'une quête, que j'ai menée auprès de voyageurs afghans, kurdes ou iraniens, rencontrés lors de leurs escales européennes, indonésiennes, néo-zélandaises (Sangatte, Douvres, Lombock) ou dans leurs prisons australiennes (Villawood).

Le spectacle se divise en deux parties, la première Le Fleuve Cruel raconte les départs, les exodes. La seconde, Origines et Destins, révèle le pourquoi de ces départs, de ces exodes

Certains fugitifs cheminent le long de routes qui sillonnent une Asie que l'on pourrait qualifier de médiane, et traversent à grand peine, une multitude de frontières naturelles parfois : fleuves, montagnes, lacs, mers ; moins naturelles souvent : grandes cicatrices politiques taillées par l'Occident à coups d'épée aveugle, et grands coups de canons dans de très anciens empires. Les plus audacieux, les plus chanceux, arrivent enfin en la prospère Europe. Vivants.

D'autres ont choisi de viser un autre bout du monde. Ils traverseront l'Inde, le Sud-Est asiatique, arriveront en Indonésie pour, de là, franchir la mer de Timor, et tenter d'aborder les rives si jalousement gardées de l'Australie.

Chaque tableau entre avec son propre décor, ses personnages, son indépendance, par le truchement de plateaux mobiles poussés à bout de bras par les acteurs. Chaque chariot qui s'avance est comme un fragment du monde et la succession de leurs apparitions finit par peupler la scène devenue planisphère. « Le monde est une scène » nous a dit et commandé le Barde !

La discipline du mouvement de ces tréteaux montés sur roues, l'exigence du cadre étroit qu'ils induisent et la multiplicité des plans qu'ils permettent, la narration libérée de son exigence chronologique, la multitude des langues utilisées et les possibilités infinies de personnages aux destins qui se croisent, sont autant d'outils que le théâtre a empruntés, a dérobés au cinéma (à tous les cinémas, fiction ou documentaire), outils qu'il a fourbi de toute sa puissance poétique et qu'il se doit maintenant de rendre au cinéma.

Ariane Mnouchkine

Dans notre librairie