fr | en | sp | de

Chandâla, l'impur – Un plagiat de Roméo et Juliette de William Shakespeare, 2018

À l’issue des représentations de Kunti Karna, Terre de cendres et Karuppu qui, au printemps 2017, ont réuni un public conquis et enthousiaste, Ariane Mnouchkine propose à L’Indianostrum de revenir en résidence de création à la Cartoucherie, pour un nouveau spectacle, Chandâla, l’impur, qui verra le jour en septembre 2018 au festival des Francophonies en Limousin avant d'être joué lors de trois représentations exceptionnelles au Théâtre du Soleil, du 5 au 7 octobre 2018.

Des documents à voir ou à écouter

© Philippe Liezi

© Philippe Liezi

© Philippe Liezi

© Philippe Liezi

© Philippe Liezi

© Philippe Liezi

© Philippe Liezi

© Philippe Liezi

© Philippe Liezi

© Philippe Liezi

L'Histoire

Il faudrait ajouter comme cinquième catégorie ceux qui sont totalement impurs à toucher, les chandalas. Ils sont exclus de tout car ils sont aussi susceptibles de polluer la pureté des lieux, de l’air, des objets, des autres...
Comment dénoncer, par une création théâtrale, les méfaits du livre sacré de Manou, architecte du systèmes des castes, à travers la tragique histoire d’amour entre un intouchable et une jeune fille de haute caste ? Chandâla, l’impur s’inspire de Roméo et Juliette d’une façon mythique, contemporaine et tente de suivre un autre livre sacré, le Nâtya-Shastra, le plus ancien traé de théâtre qui dicte les règles de l’art dramatique et qui impose une fin heureuse à toutes les histoires...

Au cours de leur travail de recherche, les membres du Théâtre Indianostrum ont rencontré Kawasalya, victime d’un crime d’honneur, ainsi qu’un maître de marionnettes qui leur a fait don d’un lot de marionnettes traditionnelles. L’Indianostrum a basé sa narration sur la réalité sociale actuelle en s’inspirant du chant, de la musique et des rituels associés aux basses castes mais aussi d’apès les inombrables témoignages de jeunes pour qui le ciéma tamoul offre une histoire d’amour héroïque par procuration.

Le texte

Dans la belle Inde où se tient notre scène
vit un très vieux démon qui ne se nourrit que de haine
Assis sur son trône vernis de sacré
il a divisé le monde en quatre couleurs :
« Au sommet de la pureté se trouvent les Brahmanes, au-dessous d'eux les Ksatriya, les guerriers, puis les Vaisya, les marchands, enfin les Sûdras, les serviteurs.
Il faudrait ajouter comme cinquième catégorie ceux qui sont totalement impurs à toucher, les chandalas. Ils sont exclus de tout car susceptibles de polluer la pureté des lieux, de l'air, des objets, des autres,... »
Face à ce démon éternel
un ange pas plus grand qu'un papillon
agile de ses ailes, le harcèle de ses flêches
C'est Kama ou Cupidon, c'est selon

Ce soir nous allons offrir à l'insatiable appétit du monstre
deux amants mythiques : Roméo et Juliette
rebaptisés Jack et Janani
La mort d'innombrables amants n'a jamais
enterré en leur tombeau la haine des castes...
car l'habile monstre se brisant en morceaux
vit terré dans les cœurs des hommes.
Pendant trois heures, nous le jouerons dans ce cinéma
si vous nous prêtez une patiente oreille
nous ferons couler l'amour jusqu'à votre cœur
pour en extirper la part du monstre...
et
notre zèle remplira le vide d'Anantha*

* Selon le Natyasastra, le plus ancien des traités de théâtre qui dicte les règles de l'art dramatique et prône comme aboutissement l'état d'Anantha (félicité), impliquant une fin heureuse pour toutes les pièces de théâtre.

Distribution

Mise en scène, texte & traduction Koumarane Valavane

Avec Abinaya Ganeshan, Anjana Balaji, David Salamon, Mani Bharathi,
Marie Albert, Priyadarshini Chakravarty, Purisai Kannappa Sambandan,
Santhoshkumar Chandrasekaran, Saranjith Naravan Kunnath, Vasanth Selvam

Scénographie, accessoires : Shavee Sathish Kumar et Manon Grandmontagne
Construction des décors : Joseph Bernard et Clément Vernerey assisté par
Hortense Gesquière, Mathilde Rouch, Mathilde Bennett, Sofia Kisteneva et Elsa Dautel
Création des costumes : Krishnapriya et K. Narendran
Chorégraphie : Suresh Banu et Sathish Kumar
Musique et chant : Saran Jith, David Salamon
Maître des marionnettes : K. Periyasamy
Vidéo du prologue : Ishwar Meenakshi, Anoushka Lalitha, Tulasi Kumar
Réalisation vidéo : Nishanth Verma et Pascal Brazeau


 

Régie vidéo : Manon Grandmontagne
Création Lumière : Jean-Christophe Goguet
Régie Lumière : Estelle Cerisier
Création sonore : Nourel Boucherk
Enregistrement audio : PJitin Moni
Documentation : Elsa Gazanion, Marion Dejos, Pankaj Rishi Kumar
Chandal, terreau #1 : Nicolas Deleau
Supervision de la traduction : Valentine Vulliez
Administration et production en Inde : Priti Bakalkar assistée de Sudheesh Kotekkad et Nataraj
Production déléguée : Théâtre du Soleil

Une création du Théâtre Indianostrum (Pondichéry) en coproduction avec le Théâtre du Soleil, le Festival des Francophonies en Limousin et le Théâtre de l’Union - Centre Dramatique National du Limousin (dans le cadre du programme Au-Delà de nous).
Avec le soutien de : Bureau du Québec à Mumbai, Consulat Général du Canada, Les Offices jeunesse internationaux du Québec, Pondicherry Department of Tourism, Consulat Général de France à Pondichéry, l’association Les Paysages humains
Ce spectacle intègre le dispositif « Pièce démontée » initié et coordonné par le réseau Canopé.
Un grand merci à Kalieaswari Srinivasan, Ruchi Raveendran, Manish V. M., Ganesh N. M, Vetri M.V.
Ce spectacle a été créé le 27 septembre 2018 au Théâtre de l’Union - Centre Dramatique National du Limousin dans le cadre de la 35e édition des Francophonies en Limousin.

Téléchargements