fr | en | sp | de

La Cerisaie

d'Anton Tchekhov

du 20 janvier au 14 février 2016

Mise en scène de Christian Benedetti
Assistante à la mise en scène Laure Grisinger

Avec
Antoine Amblard, Brigitte Barilley, Christian Benedetti, Nicolas Buchoux, Christophe Carotenuto, Philippe Crubézy, Philippe Lebas, Jean-Pierre Moulin, Lise Quet, Alix Riemer, Hélène Stadnicki, Hélène Vivies

 

Infos

Représentations

du mercredi au vendredi à 20h30
les samedis et dimanches à 16h
 


Durée du spectacle

1h30

Prix des places

25 € (tarif plein)
20 € (Séniors, - de 26 ans, enseignants, membres des théâtres partenaires du Théâtre Studio)
15 € Intermittents, demandeurs d’emploi, étudiants, Alfortvillais, Pass Culture 12, Vincennois)
10 € (tarif groupe)

Location

Réservations  auprès du Théâtre Studio : 01 43 76 86 56, de 11h à 18h - reservation@theatre-studio.com
TheatreOnline -  Fnac - Billet Réduc

Vouloir monter tout Tchekhov

Parce que l’œuvre pose sans cesse la même question fondamentale: « Qu’est-ce que le contemporain? ».
L’ambitieuse expérience d’un retour à Tchekhov en dehors de tout psychologisme, en utilisant les « jeux de théâtre », les objets, les partenaires, les musiques, les voix, les rythmes, les récurrences d'images, de mots, de gestes, en évitant toute pathologie, et en reliant toutes les pièces par les collisions signifiantes et le principe d’un espace unique et allusif de répétition.
La Cerisaie est une pièce abstraite.
Sur le renoncement, le chagrin et le passage.
Dans La Cerisaie c’est le trépignement qu’il faut entendre — l’horreur pénètre les personnages insensiblement, sans qu’ils s’en aperçoivent :
« La Cerisaie est vendue ». Ils dansent.
« Vendue ». Ils dansent.
Et comme ça jusqu’à la fin.
Comme une démangeaison. Une gaîté dans laquelle se font entendre les bruits de la mort.
Comme ce bruit étrange d'une corde qui casse (comme un collapsus ) ... Celle du servage... Celle du vieux monde qui meurt.
Christian Benedetti

« Il faut effrayer le public, c’est tout, il sera alors intéressé et se mettra à réfléchir une fois de plus. » Anton Tchekhov