fr | en | sp | de

Eichmann à Jérusalem

ou les hommes normaux ne savent pas que tout est possible

du 08 au 18 décembre 2016

D’après Le procès d’Adolf Eichmann, Jérusalem 1961

Une création du Théâtre Majâz

Texte Lauren Houda Hussein
Mise en scène Ido Shaked

Avec Lauren Houda Hussein, Sheila Maeda, Caroline Panzera, Mexianu Medenou, Raouf Raïs, Arthur Viadieu, Charles Zévaco

Infos

Représentations

du mercredi au vendredi à 20h30
le samedi à 15h30 et 20h30
le dimanche à 15h30

Durée du spectacle

1h30

Prix des places

18 € (plein tarif)
13 € (collectivités, demandeurs d'emploi, étudiants)
10 € (groupes scolaires)

Location

Individuels : reservations@majaz.com
Collectivités : 07 69 21 75 16
Fnac - Théâtre Online

Des documents à voir ou à écouter

Teaser

Descriptif

Adolf Eichmann a été jugé en 1961 en Israël, à Jérusalem, et plus précisément dans un théâtre – La Maison du peuple – transformé à cette seule occasion en tribunal. Aujourd’hui, le Théâtre Majâz fait également de la scène le lieu d’examen de la construction de l’Histoire et de sa transmission. Loin de reconstituer la vie ou le procès du haut fonctionnaire nazi, il réinterroge dans le bourreau la dualité entre « homme » et « monstre » qui a connu un retentissement international lors de ce premier procès intégralement filmé. Plongeant dans la transcription de l’interrogatoire-fleuve d’Eichmann, l’auteur et le metteur en scène ont été frappés non seulement par la « banalité du Mal » pointée par Hannah Arendt, mais par l’interchangeabilité des propos de défense avec ceux de tous les auteurs de génocides.

Alors que le nom d’Eichmann provoque à lui seul l’angoisse et la sidération, il apparaît finalement qu’il n’y a personne dans la cage de verre. Eichmann, puisqu’il est remplaçable, n’est personne en particulier. Si c’est un monstre, on ne peut pas le juger. Si c’est un homme, que raconte-t-il de l’humanité ? Pour faire résonner les questions qu’a suscitées ce procès, les comédiens munis d’archives procèdent à une enquête, entre réalité et fiction. L’objectif est de sonder le phénomène – qui perdure, et même s’accentue – de mise à distance entre tueurs et victimes, de dissociation entre ordre d’assassiner et crime, et de rassemblement d’hommes-rouages épars sous les étendards de l’épuration, du nettoyage et de l’expansion idéologique.

À travers un "Eichmann mythique" et non historique, le système se répand sous nos yeux, et nous questionne au présent : de quoi sommes nous responsables ?