fr | en | sp | de

Les Atrides
Les Euménides

1992

D'Eschyle.

Traduction de Hélène Cixous.

Mise en scène d'Ariane Mnouchkine, musique de Jean-Jacques Lemêtre, décor de Guy-Claude François avec les sculptures d’Erhard Stiefel, costumes de Nathalie Thomas et Marie-Hélène Bouvet.

Création de LES EUMENIDES  le 26 Mai 1992 à la Cartoucherie. Pièce jouée en alternance avec les trois précédentes.

Tournée : Amsterdam (Holland Festival), Essen (Theater der Welt), Sicile (Orestiadi di Gibellina), Berlin (Berliner Festspiele), Lyon (T.N.P), Toulouse (Le Sorano), Montpellier (Le Printemps des Comédiens), Bradford (European Art Festival), Montréal (Festival des Amériques), New York (B.A.M.), Vienne (Wiener FestWochen).

286 700 spectateurs.





Des documents à voir ou à écouter

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

L'histoire des Euménides

La première partie se passe à Delphes. La prêtresse d'Apollon, la Pythie, raconte qu'elle a découvert Oreste dans le sanctuaire, souillé de sang et entouré par les Érinyes endormies, déesses qu'elle ne connaît pas. Apollon envoie Oreste à Athènes, où il sera jugé. Le fantôme de Clytemnestre, en colère, réveille les Érinyes, qui paraissent alors sur la scène (elles font le chœur ; "Euménides", "bienveillantes", est un euphémisme pour les désigner). Apollon les chasse. À Athènes, Oreste, rejoint par les Érinyes, demande protection à Athéna. La déesse institue un tribunal composé de citoyens, l'Aréopage pour juger cette première affaire de sang. Apollon prend la défense

d'Oreste, qui est acquitté (grâce au vote d'Athéna). Il rentre à Argos. Les Érinyes menacent alors de détruire la ville par leurs poisons. Athéna finit par les persuader d'y demeurer et d'y bénéficier d'un culte.

Pierre JUDET DE LA COMBE

Texte écrit pour ce site en novembre 2003

À lire

Dans notre librairie