fr | en | sp | de
  • Progagande active
  • Publication du 19/01/1972

QUI VOLE UN OEUF VA EN PRISON QUI VOLE UN BOEUF VA AU PALAIS-BOURBON

Le 19 janvier 1972

Boulogne-Billancourt, 19 janvier 1972. Le Théâtre du Soleil présente une courte pièce de 4 mn devant les usines Renault. Quelques jours plus tôt, le 15 janvier, la révolte a éclaté dans la prison de Nancy. Des causes de la révolte, les militants du GIP (Groupe d'information sur les prisons) veulent à présent interroger les causes de la détention, la plupart des mutins de Nancy étant emprisonnés pour des délits d'origines économiques. Durant la fin janvier et le début de février, plusieurs interventions ont lieu aux portes de Renault, lançant le débat chez les ouvriers sur la justice, les licenciements.

Dans cette archive muette tournée en super 8 par Gilles Millinaire, seule trace de cette performance d'agit prop, on peut y voir le Théâtre du Soleil de 1789 à l'œuvre, et voir ou entrevoir, parfois furtivement : Jean-François Labouverie, Betty Coursan, Serge Coursan, Marc Godard, Georges Bonnaud, Gérard Hardy, Sophie Moscoso, Roberto Moscoso, Anne Demeyer, Myrrha Donzenac, Ariane Mnouchkine, Philippe Hottier, Lucia Bensasson, Jean-Claude Penchenat, Geneviève Rey-Penchenat, et Josephine Derenne. Le court spectacle ne pourra jamais être joué dans son entièreté, dit-on, empêché à chaque tentative par les forces de l'ordre.

Georges Bonnaud haranguant les ouvriers de l'usine Renault © Archives G. Bonnaud | Théâtre du Soleil 

 

En juin 1972, toujours avec le GIP, le Théâtre du Soleil met en scène les minutes du procès des mutins de Nancy. La pièce, dans laquelle jouent Michel Foucault, Gilles Deleuze et Ariane Mnouchkine, met en scène la justice, La Justice telle qu'on la rend. Elle est éditée dans la revue Esprit en octobre 72. Les représentations ont lieu à la Cartoucherie, après 1793. Martine Franck réalisera les photos de l'une d'entre elles. D'autres représentations se déroulèrent dans la rue, notamment à la fin du mois de juin dans une cité de la banlieue parisienne. 

Photo Martine Franck/ Magnum Photos

Le procès des 6 mutins de la maison d'arrêt Charles-III mis en scène par le Théâtre du Soleil. De face, à gauche : Jean-Claude Penchenat et Ariane Mnouchkine en avocate. À la table, George Bonnaud

 

Pour aller plus loin : Février 1971, Michel Foucault fonde, avec des intellectuels (dont Hélène Cixous), des militants, d'anciens détenus et des professionnels de l'institution judiciaire, le Groupe d'information sur les prisons (GIP). Son but est d'abord de rompre le silence qui pèse sur les lieux de détention en faisant connaître leur fonctionnement et en donnant la parole aux détenus. À lire : La Révolte de la prison de Nancy