Les Adavus, unités de danse du Bharata Natyam

par Milena Salvini

Ainsi se définissent les composants du vocabulaire de base du Bharata Natyam. Selon les différentes écoles représentatives de la tradition d’un maître, 10 à 12 "familles" d’Adavus sont répertoriées à partir de différents groupes de syllabes spécifiques, ou "bowls".

Il s’agit là d’un procédé archaïque permettant d’inscrire, par une pulsion verbale rythmée génératrice de mouvements, des successions de figures dans la mémoire corporelle. Citons, à titre d’exemple : les "familles" TA TAI TAI TA, TAIYA TAIYI, ou encore, TA DIN GI NA TOM, etc. Chacune d’elles décline une dizaine de variations d’un même type de figures chorégraphiques.

Les combinaisons possibles entre les différents Adavus sont innombrables. Chaque Adavu se structure sur trois éléments : une posture de base, un enchaînement de pas eux-mêmes associés à des positions manuelles décoratives.

On réfère l’origine des Adavus aux 108 Karanas (postures idéales) du dieu Shiva décrits dans le Natya Shastra et sculptés par la suite sur les tours du temple de Chidambaram. Chaque Karana, à la manière d’un "arrêt sur image", surgit d’un enchaînement dynamique d’où les Adavus seraient issus. Le Natya Shastra définit les 108 Karanas comme étant les principes mêmes de la danse tandava que Tandu (selon le mythe) reçut de Shiva et transmit aux humains...







  • Traduction automatique :