Début janvier 2013, Delphine Cottu et Georges Bigot
s’envolent pour Battambang.
Ils y retrouvent l’équipe de Phare Ponleu Selpak
ainsi que les trente
acteurs cambodgiens avec
lesquels ils entament une première session de
six semaines de répétitions de la Deuxième Époque de
L’Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk,
roi du Cambodge
d’Hélène Cixous,
qui sera jouée au
Théâtre du Soleil du 2 au 26 octobre 2013.

pour plus...

 

 

 
 


L’ HISTOIRE NOUS A RATTRAPÉ –
Sihanouk est mort le 15 octobre dernier et nous voici de retour au Cambodge, en même temps qu’à Phnom Penh se dérouleront les funérailles de Son Altesse Royale.
Nous nous attelons aux répétitions de la deuxième époque de cette histoire terrible et plus que jamais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge.

Nous arrivons à Battambang.
Sous la chaleur écrasante et désormais familière nous attendent nos compagnons de théâtre, nos amis cambodgiens : Ravi, Maradi, Buntaen, Hou, Pouch, Hieng, Sambo, Monny, et tous les autres. Nous ne nous sommes pas revus depuis un an, depuis Paris et notre incroyable tournée en France pour la première époque de notre grande épopée.

Tous sont là, ils nous attendent, ils sont lumineux comme toujours, prêts à répéter, impatients même de continuer à raconter et à faire entendre par le théâtre l’histoire de leur pays, l’histoire du Cambodge.

L’objectif pour cette nouvelle session : déterminer et préciser au mieux la distribution des nouveaux personnages dans la deuxième époque.
Au total une vingtaine et pour certains pas des moindres : Pham Van Dong, Hieng Sary, Hieng Thirith, John Gunter Dean et le Général Vô Nguyen Giap... vaste programme...

Nous voilà repartis avec Georges, tels deux spéléologues avec nos lampes frontales dans les méandres de l’Histoire et du Théâtre. Pour ces répétitions, il s’agit de donner la priorité aux scènes charnières de la première partie de cette seconde époque.
La scène des alliances notamment, où l’on verra Sihanouk, pris en étau entre les Etats-Unis et la Chine, contraint de s’allier au Viet Nam et aux Khmers Rouges sous l’oeil du dragon pékinois pour espérer libérer son peuple du joug de Lon Nol. Choix qui n’en était pas un véritablement, mais qui fit basculer à coup sûr, cinq ans plus tard, le Cambodge dans la nuit noire des khmers rouges. 

La suite de notre histoire est dangereuse, "elle est glissante et renversante" dit l’auteur. Au bout de ces six semaines de répétitions, nous rentrons à Paris avec le sentiment que le temps et le travail ont fait de ces jeunes acteurs des passeurs de mémoire. Certains ont avancé, d’autres se sont révélés, quelques uns doivent encore se hisser sur le théâtre, la route est encore très longue mais la mission qu’Ariane nous avait confiée il y a trois ans devient de plus en plus concrète. 
Il s’agissait à l’origine de rendre cette histoire à ceux à qui elle appartient. 

Delphine Cottu, 19 mars 2013

 



L’équipe de Phare Ponleu Selpak propose à chacun de participer au financement de cette seconde partie du spectacle.
Aussi, pour en soutenir la création, suivez ce lien.