Une chambre en Inde
une création collective du Théâtre du Soleil

 
dirigée par Ariane Mnouchkine
musique de Jean-Jacques Lemêtre
en harmonie avec Hélène Cixous
avec la participation exceptionnelle de
Kalaimamani Purisai Kannappa Sambandan Thambiran

 
Représentations

 
du mercredi au vendredi à 19h30
le samedi à 16h
le dimanche à 13h30

 
Durée du spectacle
3h30 + entracte de 15 minutes

 
Prix des places

Individuels 40 € / Collectivités, demandeurs d’emploi 30 € / Étudiants - de 26 ans et scolaires 20 €


 
Billets mécènes
pour ceux qui peuvent soutenir le Théâtre du Soleil : 150 € | 100 € | 50 €

 
LOCATION
Individuels 01 43 74 24 08
dès le 11 décembre 2017, tous les jours de 11h à 18h
et en ligne (mais quelques places seulement)
sur le site de ThéâtreOnline
et la Fnac
Lorsqu’il n’y a plus de places à la vente « sur internet », cela ne veut – absolument pas – dire que la représentation est complète. Mieux vaut vérifier auprès de notre location !

 
Collectivités, groupes d’amis 01 43 74 88 50
dès maintenant, du lundi au vendredi de 11h à 18h

 

 


 
Extraits du Journal de Cornelia

 
Nous étions comme des réfugiés de l’Histoire. Autour de notre chambre les Temps étaient déchaînés. Nous nous demandions ce qui nous arrivait, nous les gens les plus divers, mais unis par le même souci, nous nous demandions comment nommer Ça, ce chaos. (L’air était bouillant.) À travers les portes-fenêtres on entendait les bruits de l’Inde, cette manif perpétuelle. Il ne dort donc jamais, ce continent ?
Nous voulions la Vie, comprendre ses Violences folles.

Nous avions l’impression que le monde entier se bousculait pour défiler dans notre chambre. Les peuples appelaient. C’était vraiment bouleversant. Ils criaient : Au secours ! Ou : Plus jamais ! Et dans combien de langues ? Toutes ! Nous cherchions à répondre, Nous, les membres de la Troupe. Les temps allaient si vite.

Nous sautions comme des puces d’une Ville à l’autre. Au moment de rire on pleurait, et inversement. Il y avait autant de dangers que d’espoirs, ou presque.

On ne savait pas comment ça allait finir.

Certains d’entre nous se tourmentaient de ne pas savoir comment commencer. Après tout nous avions une mission : créer un spectacle.
Que dis-je ? LE SPECTACLE. Dès demain en signer la promesse.

C’est comme si on nous avait dit : « Bouclez l’Orient et l’Occident forcenés dans une coquille de noix. Résumez les pestes et les paix en une potion parfumée. »
- Oui, oui, on va essayer, nous hâtions-nous.

Et à l’instant, on voyait s’élever contre nous une armée d’angoisses et d’impuissances. Autant nous demander de faire rentrer l’arche de Noé, le déluge et la traversée du désert, la Révolution française et les autres, et toutes les guerres de religion, la renaissance d’Ulysse, le massacre des sorcières, l’enterrement des Pandava, etc., etc. dans un seul pousse-pousse. Comment ne pas trembler ? 
Nous redoutions le ridicule. Nous poursuivions le rire avec acharnement. Heureusement ou par malheur cette nuit-là durait des siècles. Vers minuit un colonel m’apporta les dernières nouvelles. J’ouvre le journal. Je criai : Non ! Hélène Cixous, mai 2016