Nathalie Joly chante Yvette Guilbert L’intégrale

Mise en scène Jacques Verzier (épisodes 1 et 2) et Simon Abkarian (épisode 3)
Chant, texte, conception Nathalie Joly - Piano Jean Pierre Gesbert
Violon Emelyne Chirol (intégrale, remplacée par Carmela Delgado au bandonéon, le samedi 14 octobre)
Collaborateur artistique Pierre Ziadé (épisode 3)
Lumière Arnaud Sauer (épisodes 2 et 3)
Costumes Claire Risterucci (épisode 2) et Louise Watts (épisode 3)

Du 28 septembre au 22 octobre 2017

- Jeudi 20h30 « Je ne sais quoi » - Épisode 1
- Vendredi 20h30 « En vl’à une drôle d’affaire » - Épisode 2
- Samedi 16h « L’intégrale » des 3 épisodes
- Dimanche 16h « Chansons sans gêne » - Épisode 3

Chaque épisode dure 1h15

 


Location :
- Individuels) 06 52 04 68 90 / marchelaroute@gmail.com
- Collectivités : Théâtre du Soleil 01 43 74 88 50 (de 11h à 18h du mardi au vendredi
- Fnac / Théâtre Online.
Prix des places  : 18€ (Plein tarif) / 13€ (Collectivités, demandeurs d’emploi) / 10€ (Scolaires, étudiants, moins de 26 ans) - Tarif Intégrale 30€ / 25€ / 20€


 

Pionnière du féminisme, précurseure d’une écriture féminine française moderne, Yvette Guilbert a inventé l’art du parlé chanté, ancêtre du rap. Reine du café-concert à la Belle Époque, l’amie de Freud immortalisée par Toulouse Lautrec est une grande figure de notre patrimoine. La comédienne et chanteuse Nathalie Joly explore depuis dix ans son œuvre intemporelle, engagée, drôle, poétique, audacieuse et lui redonne toute sa symbolique contemporaine. Pour dire l’histoire de cette femme, il aura fallu trois spectacles. L’histoire d’une émancipation. De l’émancipation d’Yvette Guilbert à celle de ses héritières.

 

Épisode 1 – JE NE SAIS QUOI



Cabaret Parisien - 1890 – Freud succombe au charme d’Yvette Guilbert et à la truculence de ses chansons dès ses débuts au Cabaret. Tous deux cherchent dans les “terres inconnues” de la sexualité ce qui alimente la vie de l’esprit. Leur correspondance intense entre Vienne, Londres et Paris, témoigne d’un demi siècle d’amitié.

 

Épisode 2 – EN VL’À UNE DRÔLE D’AFFAIRE



Seconde carrière – En plein succès parisien, Yvette Guilbert résilie ses contrats et créée une école à New York pour transmettre aux jeunes filles démunies son art du parlé chanté. Dès 1910, elle explore le nouveau répertoire de la tradition populaire, entre conte et fait divers. De nombreux points de convergence existent entre les récits épiques de ces chansons et les images du monde flottant du théâtre kabuki.

 

Épisode 3 – CHANSONS SANS GÊNE



Dès 1926, Yvette Guilbert commence à 61 ans une carrière cinématographique éblouissante. Elle s’oppose, à contre-courant des stars hollywoodiennes, aux lois de la mode et de l’image. Par l’écrit, les conférences et un nouveau répertoire entre blues et surréalisme, elle poursuit inlassablement son combat en faveur des femmes et de leur émancipation. Nathalie Joly s’affranchit des repères temporels. Son Yvette approche Janis Joplin, Nina Hagen, Catherine Ringer… Les héritières d’Yvette Guilbert ne seront plus condamnées à écrire leur histoire à travers des textes d’hommes.

 

YVETTE, YVETTE, YVETTE ! (Bande annonce) from Nathalie Joly on Vimeo.