Écrit par Emanuelle Bidou et Catherine Pamart

du 16 au 19 juillet de 21h à 1h
dans l’enceinte de la Cartoucherie

Installation vidéo-documentaire et sonore
Par le Bus du Caravansérail
Entrée libre

 


Un bus transformé en structure de multi-diffusion image et son, qui mêle cinéma documentaire, art vidéo, photographies et chroniques de voyage ; l’oeuvre d’un groupe de cinéastes nomades qui se balade aux quatre coins du monde.


Le Bus du Caravansérail

Le caravansérail est une structure de création audiovisuelle et sonore fondée par un collectif d’artistes-chercheurs. Une affiliation née d’un fort désir d’inscrire le regard porté sur les mutations sociales dans ses recherches artistiques. Ses créations visuelles, conçues sur la contamination des genres (artistiques et sociétaux), ont pour socle commun de filmer le réel et proposent une approche expérimentale dans la restitution par un outil spécifique, un bus.

L’identité artistique du bus, détournement du principe du cinéma forain, repose sur la transformation de celui-ci en structure de multi diffusion image et son où le spectateur est convié à pénétrer au cœur des images, dans un espace-temps inhabituel et déroutant.

À l’origine de « Fenêtre sur l’autre »

Soucieux de témoigner de notre temps, dans une société qui génère chaque jour de nouvelles formes d’exclusions, exposées dans ce que l’on pourrait qualifier de péril urbain, nous souhaitions poser un regard sur ceux qui en sont victimes. Parmi eux, nous avons rencontré des personnes contraintes de construire leurs espaces d’intimité au cœur des villes, dans des logements de fortune. Dès lors, notre nouvelle installation « Fenêtre sur l’autre » a trouvé sa genèse, celle d’un questionnement sur l’habitat précaire.

En plein cœur de la cité de pierre et de béton, à Paris, nous nous sommes approchés de ces tentes, baraques de bois, bâches tendues sous un pont, cartons qui prennent place à proximité de notre quotidien. Au cœur de cette marginalité non choisie, nous avons découvert des personnes aussi touchantes, drôles que dignes. Nous avons glâné une matière visuelle et sonore conséquente qui nous a permis d’imaginer l’installation globale.

Nous souhaitons ouvrir des interstices pour que la parole de ces gens nous parvienne, transposée par une recomposition des éléments de l’existant ; un juste équilibre entre geste documentaire et conception artistique ; la suggestion d’une pluralité de regards, aux confins du réel et du sensitif.

« Fenêtre sur l’autre » se propose de stationner le bus et d’investir l’espace urbain pour créer une topographie informelle des lieux en marge. Il s’agira de suggérer un système d’habitat par la mise en scène d’une forme de campement poétique, favorisant une esthétique de la transparence, du visible et du dissimulé. Une démarche scénographique et plastique intégrant des propositions cinématographiques sur différents supports modulables et adaptables aux lieux qu’elles rencontreront.

Conçue sur un principe de circulation libre, la déambulation invite à pénétrer dans des zones sensibles. Le « terrain » propose alors une traversée, de suivre le fil rouge où chaque installation, qui fait appel aux sens, conduit vers un bout d’histoire. Le spectateur est convié à un parcours où sa présence dans l’installation est prise en considération dans le rendu de l’image globale. Parti prenante de ce tout, il devient à son tour habitant. Cet ensemble a pour vocation de créer un champ d’expériences, de suspendre le temps, d’ouvrir un intervalle propice à la visibilité, la rencontre, l’échange.
Le caravansérail

 

 

PDF - 393.4 ko
Dossier de présentation